Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vive les celibattantes
  • Vive les celibattantes
  • : Les tribulations d'une mère devant gérer boulot, vie perso, vie familiale et schtroumpf
  • Contact

Catégories

16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 08:48

En réponse à Madame Mère et Madame Belle-Mère, Monsieur Père vient s'exprimer (merci @cevioni de s'être prêté à cet exercice de style)  :

 

homme-attaque-panique

 

Suite à la confrontation du point de vue de Mme Mère versus Mme Belle-Mère, je me sens un peu obligé de nous accorder un droit de réponse, à nous, l’autre partie, représentant de cette paire de pères présents dans vos textes, mais que nous pouvons considérer, finalement, comme un des sujets absents.

 

Je suis bien conscient que chacune de vos deux mains n’ont écrit que selon leur propre expérience, et que votre essai commun n’est en rien objectif. C’est donc d’un point de vue totalement subjectif que je m’empresse de faire le mien.

Afin de prévenir toute remarque, je préviens que je nommerai toujours, lorsque j’aurai à le faire, Mme Mère avant Mme Belle-Mère, pour une raison simple et totalement arbitraire, j’ai lu vos billets dans ce sens la.

Mais trêve de digressions, commençons par un reproche.

Vous oubliez un point important, mesdames Mère et Belle-Mère, la situation qui a fait de vous, et de votre enfant, une famille monoparentale et/ou recomposée, dans un principe de réciprocité universelle, n’en a pas fait moins pour nous.

Comment cela ! Vous osez ! Vous voilà décriant sur la place publique vos plus vils reproches envers l’autre partie et, durant ce temps, vous oubliez que si vous en êtes arrivées à cette situation c’est grâce/à cause de nous, l’homme/père !

A la lecture de vos billets, s’il y a un point sur lequel vous êtes clairement d’accord, c’est celui de notre non présence (en tout cas dans lesdits billets), et là, je m’insurge, je me révolte, je hausse la voix, je tape du poing, du pied et devient tout rouge (et ce n’est pas beau à voir !).

Le temps de recouvrer une couleur plus acceptable, je relis vos billets et me rends compte que vous avez un autre ENORME (lire ce mot en haussant la voix et en faisant de grands gestes), voire MONUMENTAL (de même), autre point d’accord.

Le port de multiples casquettes, entre autres, en résumé, et de manière non exhaustive, celles de : formatrice, éducatrice, mère fouettard,  infirmière, médecin traitant, chef cuistot, psy, femme de ménage, animatrice, taxi, …

Mais…

Oui, il y a toujours un mais…

Imaginez un instant que nous ayons également la tête bien assez large pour le port de ces casquettes et que nous rajoutions une paire de lunettes en plus, juste pour la classe.

Imaginez un instant que nous soyons soumis aux mêmes désirs de réussite pour nos enfants que vous, que ce soit pour leur bonheur comme pour leur éducation.

Imaginez un instant que nous soyons soumis aux mêmes doutes et incertitudes que vous.

Imaginez un instant que nous ayons, en sus, un monde de préjugés, toujours fortement ancré dans les mentalités, à combattre, afin de prouver que nous, les pères, sommes tout aussi aptes à éduquer et à aimer, même sans cette “fibre maternelle“ si chère à tous les auteurs de roman à l’eau de rose, que par définition nous ne pouvons posséder.

Imaginez un instant, toujours selon le même principe de réciprocité évoqué plus tôt, que nous ayons également un beau-père ou les enfants de notre nouvelle moitié à accepter.

C’est bon j’ai votre imagination ? Je vais donc me permettre de vous faire redescendre sur terre.

Madame Mère, imaginez-vous un instant, que, lorsque je me suis engagé assez loin dans une nouvelle relation pour vous demander de considérer « l’intruse » comme potentielle belle-mère, je n’ai pris en compte le bonheur de nos enfant ainsi que leurs relation et ressenti envers ladite pièce rapportée ?

Que l’autre ne soit rien à vos yeux m’importe peu, je ne l’ai pas choisie pour vous, ni pour que ce que vous en pensez !

Madame Belle-mère, imaginiez-vous un instant, que, lorsque nous nous sommes assez engagés dans notre nouvelle relation pour nous considérer comme famille recomposée, l’autre, aussi appelée ex, ne vous jugerait pas, vous trouvant toujours en dessous de ce que “elle“, la mère de sang, pourrait faire ou être.

Que l’autre ne vous porte pas dans son cœur m’importe peu, je vous ai choisie pour vous et non pour ce qu’elle en pensait !

Au final, Mme Mère, Mme Belle-Mère, Mr Beau-Père ,si vous êtes là, et moi-même le savons, ne serait-ce que par égo, cette guéguerre existera toujours.

Mme Mère vous jugerez toujours Mme Belle-Mère et la dévaluerez, vous aurez toujours quelque chose à lui reprocher et cela je peux l’entendre.

Mme Belle-Mère vous serez toujours jugée et dévaluée, elle trouvera toujours quelque chose à vous reprocher et cela vous pouvez le comprendre.

Mais ensemble, vous nous jugez, et cela, c’est quelque chose que j’ai à vous reprocher ! L’entendez vous et le comprenez-vous ?

Mais…

Toujours ce fameux mais…

Malgré nos différences, nos rancœurs, nos animosités, nos jugements et nos reproches, que nous soyons parent ou pièce rapportée, s’il y a bien une chose sur laquelle nous nous retrouvons, c’est le bonheur et la tendresse que nous avons envers ces petits êtres.

Et cela ne l’oublions jamais.

@Cévioni "

Partager cet article

Repost 0
Publié par vivelescelibattantes - dans Quotidien
commenter cet article

commentaires