Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vive les celibattantes
  • Vive les celibattantes
  • : Les tribulations d'une mère devant gérer boulot, vie perso, vie familiale et schtroumpf
  • Contact

Catégories

4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 09:17

L'enfant grandit. Inexorablement. Rien à faire, ça passe à toute allure.

Je me revois encore la première fois où j'ai tenu la schtroumpfette dans les bras, ses premiers hurlements, ses premiers gloutonnements, les premières nuits sans sommeil et surtout, la première fois où je l'ai lâchement abandonnée déposée délicatement, à la crèche.

Tout le monde disait que ce serait une déchirure de se séparer de son gnome. Oui ben non, tu vois, moi j'ai été ravie.

Ravie que le monstre hurle auprès d'autres personnes que ses parents, ravie de reprendre le boulot avec une activité intellectuelle normale (c'est-à-dire au-delà du changement de couches - bouffe - areuh areuh), ravie également de savoir qu'il n'y avait pas qu'avec moi qu'elle ne dormait pas.

Bref ravie quoi.

 

Trois années de crèche, tout s'est bien passé, les changements de section, les reprises en septembre (un peu dur quand même lorsqu'elle avait deux ans mais bon), les noveaux copains, les repas du midi et les siestes (même courtes).

 

Et paf, la Schtroumpfette a eu 3 ans. Tu ne l'as pas vu venir mais elle a grandi. Et paf, tu t'es frappé les inscriptions à l'école, à la cantine, à la garderie et même au centre aéré (voir d'ailleurs pour plusieurs ressentis ici et ).

 

Ca fait une semaine que, fébrilement, tu passes tous les jours à l'école pour voir si les listes des classes sont affichées et pour savoir l'heure exacte de rentrée. Et ça fait une semaine que tu ne sais pas.

(NB : fébrilement parce qu'il faut organiser ton agenda pro, ton agenda perso de garde d'enfant et prévenir le Père pour qu'il puisse être présent).

Ne me demandez pas pourquoi, la liste et l'heure sont affichées la veille dans ma ville.

 Bon le principal étant de savoir qu'il faudrait jeter accompagner la Schtroumpfette à 9h15 en PS03 (j'ai l'impression d'être dans un jeu vidéo sur ce coup là, et après on se plaint que nos enfans sont des geeks.... déjà qu'elle est en maternelle du "Mail" oui c'est vrai).

 

Le jour est arrivé. Je n'ai jamais stressé ou été inquiète à l'idée de déposer ma fille à l'école. Tout c'était bien passé pour la crèche alors je me disais que ce serait pareil.

J'eus raison \o/

 

Depuis quelques jours déjà, je passais à l'école accompagnée de la Schtroumpfette, fort impatiente depuis qu'elle l'avait visitée en juin, de venir découvrir ce nouveau monde.

Il fut difficile de lui expliquer que non, 5 jours avant l'ouverture, on ne pouvait pas entrer dans l'école.

Encore hier soir, devant l'école elle disait "Je veux y aller, regarde maman, c'est ouvert" (devant une grille évidemment fermée à clef...).

 

Ce matin fut donc plutôt zen. Elle prépara son petit sac d'école avec 2 doudous, son copain et 2 Hello Kitty (non mais c'est juste comme ça maman), s'habilla aux termes d'une crise de nerfs mémorable ("je veux une robe, je veux une robe, je veux une robe".... Faites des gosses qu'ils disaient, ouais ouais ouais), et le chemin fut pris.

 

La grille était ouverte et la Schtroumpfette en folie voulait déjà courir partout.

 

Pour mieux accueillir les parents, Mélanie, qui assure la garderie matin et soir, nous accueillait et nous dirigeait, non sans avoir pris les précieuses informations "est-ce qu'elle reste à la cantine ? Est-ce qu'elle reste à la garderie?" et après avoir collé une jolie étiquette "la Schtroumpfette" sur ce magnifique tee-shirt manches longues enfilé de force à ton gnome ("non tu ne mettras pas une robe alors qu'il fait -15 °C aujourd'hui").

 

Puis direction la classe et découverte de la maîtresse.

La Schtroumpfette, ignorant superbement ses parents, réunis à l'occasion de cette 1ère rentrée scolaire, partit donc en courant vers les puzzles en bois, les feutres disséminés sur une table, regardant quand même avec interrogation ce petit garçon hurlant à la mort dans les bras de la maîtresse parce qu'il ne voulait pas quitter sa mère.

 

Puis découverte de la maîtresse, d'une douceur inouïe, expliquant, une nouvelle fois, le fonctionnement, dispensant conseils pour tous les parents pour lesquels c'est la première rentrée : oui il faut faire une petite semaine, en douceur; les adapter petit à petit, même s'ils sortent de crèche; les accompagner; éviter, autant que faire se peut, de les mettre dès le 1er jour à la garderie et à la cantine.

 

Et enfin, découverte du porte-manteau attribué, accrochage du sac à dos et du gilet, "comme les grands", découverte de l'environnement qui va l'accompagner pendant un an.

Et ça y est, la première rentrée est faite, l'au-revoir s'est bien passé, ni larmes de la part de la Schtroumpfette, encore moins des parents.

Il faut d'ailleurs reconnaître que l'accueil et l'accompagnement par le personnel scolaire y est pour beaucoup.

 

Voilà, j'ai vécu ma première rentrée scolaire. J'aurai pu faire un billet résumé à quelques mots : "tout s'est très bien passé" mais on m'aurait accusé de flemmardise d'écriture.

Partager cet article

Repost 0
Publié par vivelescelibattantes - dans Quotidien
commenter cet article

commentaires