Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vive les celibattantes
  • Vive les celibattantes
  • : Les tribulations d'une mère devant gérer boulot, vie perso, vie familiale et schtroumpf
  • Contact

Catégories

5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 08:10

6675262-10225874

 

Souviens toi, lecteur assidu de ce blog, nous avions écrit avec mon pote @Deuslepadre, un billet sur le mouvement de grève des avocats en octobre 2013 (oui bon comme tu ne t'en souviens pas, tu le trouveras facilement ici).

 

On nous a facilement muselé en nous faisant des promesses, de gascon oserai-je ajouter.

 

Il y a peu, mes amis Greffiers étaient en grève, légitime à mon sens. Tu n'en as pas entendu parler ? Pas grave, va lire le blog de Maître Eolas qui leur a ouvert ses portes pour qu'ils s'expriment et tu comprendras.

 

Aujourd'hui, 5 juin 2014, c'est de nouveau les Avocats qui se mettent en grève.

Pourquoi ? Comment ? Que se passe-t-il chez ces nantis-qui-puent-le-fric-à-plein-nez ? (oui oui cette image continue à être véhiculée).

 

Il se passe qu'aucune réforme globale du système de financement de l'aide juridictionnelle n'est envisagée, que les pouvoirs publics se fichent éperdument des plus démunis et de leur accès au droit, de la justice en général devrai je même dire.

 

Pour exemple, les dotations budgétaires pour l'aide juridictionnelle, et donc l'accès au droit pour les plus démunis (pour les barèmes d'attribution de l'AJ, tu es gentil lecteur, tu cliques sur le précédent billet, j'avais donné le lien), sont les suivantes :

- 2003 : 270,2 millions.

- 2010 : 321,2 millions.

- 2012 : 351,7 millions.

- 2013 : 319 millions.

(merci @marinebab pour les chiffres).

 

Il n'est pas nouveau que la Justice manque de moyens : financiers, humains et matériels.

L'individu lambda ne s'en aperçoit peut être pas.

Nous autres, auxiliaires de justice le vivons au quotidien ce manque cruel, les justiciables le subissent de plein fouet lorsqu'ils y sont confrontés.

 

Aujourd'hui, ce sont les plus démunis qui vont subir de plein fouet cette absence de réforme du système.

 

Alors oui, nous sommes en grève.

Oui, aujourd'hui je n'irai pas plaider et je ferai renvoyer mes dossiers, quand bien même, eu égard au manque de moyens, les renvois seraient à 6 mois ou un an.

Oui, j'expliquerai à mes clients pourquoi je fais grève.

Oui je leur dirai que même bénéficiaire de l'aide juridictionnelle, ils ont droit à une justice de qualité.

Oui, je leur dirai que leur dossier est traité de la même manière, avec le même sérieux et les mêmes diligences que ce client qui fait un chèque.

Oui je leur expliquerai que si je ne me mobilise pas aujourd'hui, ce sont eux qui en subiront les conséquences demain.

Oui, ils comprendront, avec du mal, avec les larmes aux yeux parfois (leur dossier c'est leur vie, il faut comprendre), avec de l'irritation et de l'énervement.

Certains claqueront la porte ? Pas grave.

 

J'ai un jour prêté serment et juré "comme avocat, d'exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité".

Ce serment implique également une défense égale et égalitaire, quels que soient les moyens financiers de mes clients.

Je refuse, aujourd'hui, que mes clients les plus démunis soient victimes d'un système qui ne porpose aucune solution satisfaisante.

Je refuse que l'accès au droit leur soit refusé et/ou rendu plus difficile.

 

Les Barreaux de France sont en grève. A juste titre.

Un Syndicat de Magistrat apporte son soutien à notre mouvement. A juste titre.

 

Aujourd'hui, je suis en grève.

Mais je suis à mon bureau, quand même. A travailler pour mes clients, fortunés, sans ressources, peu importe.

Pour que la Justice soit la même pour tous.

 

appel du 5 juin

communiqué USM


Partager cet article

Repost 0
Publié par vivelescelibattantes - dans Quotidien
commenter cet article

commentaires