Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Vive les celibattantes
  • Vive les celibattantes
  • : Les tribulations d'une mère devant gérer boulot, vie perso, vie familiale et schtroumpf
  • Contact

Catégories

19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 15:06

Au hasard de conversations sur twitter aujourd'hui, il est apparu que certains de nos usages et règles déontologiques étaient méconnus. De justiciables certes, et on peut aisément le comprendre, mais également de Confrères.

Notamment, la question portait sur le fait de revêtir sa robe : dans la salle d'audience, en dehors, devant les Magistrats ? quid alors ?

Me voilà replongée dans mes souvenirs de l'école et du stage (oui je fais partie de cette génération qui a fait le stage ;-) ).

Et je me souviens effectivement de mes cours de déontologie et des conseils que me prodiguaient mon Maître de stage : la robe, tu la revêts hors salle d'audience si d'aventure tu es arrivée alors que le Tribunal ou la Cour étaient déjà installés (et pourtant, on nous apprend qu'il faut toujours être ponctuel aux audiences) ou dans la salle d'audience lorsque nos amis magistrats ne sont pas là.

Bizarrement, je découvre aujourd'hui que certaines écoles n'apprennent pas cet usage pourtant fondamental.

Quoiiiiiii ? Fondamental ? mais ça ne va pas la tête ? On s'en fiche de ne pas être enrobé lorsque le tribunal arrive !

En réalité non, on ne s'en fiche pas.

La robe est un symbole (non ce n'est pas du folklore). Elle est un héritage historique (tapez une recherche google et vous trouverez plein d'explications sur l'histoire de la robe d'avocat) qui perdure et qui permet de nous démarquer des justiciables mais également de montrer que tous les avocats sont égaux (oui bon dans la vraie vie, je suis bien meilleure que mes Confrères, évidemment, mais ceci est un autre débat).

Elle permet également de montrer un certain respect à l'endroit de la Juridiction devant laquelle le plaideur va prendre la Barre. D'ailleurs, sauf audiences de cabinet au cours desquelles certains magistrats (et c'est loin d'être la majorité) ne sont pas enrobés, les Magistrats et greffiers arrivent toujours à l'audience déjà apprêtés.

Elle marque surtout l'autorité attachée à l'exercice de nos fonctions, au service de la Justice.

Notons également que le port de la robe nous permet de circuler plus facilement et librement dans les couloirs du Palais de justice que tout un chacun.

Alors, l'avocat serait dispensé d'arriver enrobé à l'audience ? Que nenni ! Au contraire, l'audience est très solennelle et cette solennité doit également se constater dans le comportement de l'avocat, comportement que l'on veut évidemment irréprochable, à commencer par .... cet enrobage !

A noter d'ailleurs, que la Robe ne se porte qu'en salle d'audience. Il nous est formellement interdit de paraître enrobés ailleurs (comme en rendez vous par exemple ou au Bar du Palais (oui il existe dans chaque ville de France un bar du palais à côté du palais de justice ...)).

Un exception existe cependant pour les enterrements (et pour les manifestations, remember celles pour l'AJ encore présentes dans nos mémoires...).

D'autres usages existent également qui semblent être frappés du bon sens : on ne mange ou boit pas en salle d'audience ou ne mâchouille pas de chewing gum (surtout lorsque l'on prend la Barre pour plaider, et franchement, le coup du chewing-gum je l'ai déjà vu ....).

On ne se bisouille pas en pleine salle d'audience, devant les Magistrats, Confrères et Justiciables. C'est irrespectueux au possible.

D'aucuns disent même qu'il ne faut pas se bisouiller entre confrères dès lors que nous portons la robe. J'avoue très humblement que dans les couloirs du palais, toute de robe vêtue, je n'hésite jamais à faire la bise à mes Confrères. Mea Culpa.

Enfin, l'usage veut également que l'on ne se ballade pas dans les couloirs du palais sans que la robe ne soit intégralement boutonnée (en bref, tu ne peux pas courir d'une audience à l'autre, robe au vent, ouverte sur un joli mollet galbé ...)

In fine, je ne peux que recommander la lecture du livre de André Damien, véritable bible déontologique .....

Partager cet article

Repost 0
Publié par vivelescelibattantes
commenter cet article

commentaires